Écrivez-nous

Contact

Portrait d'innovateur.trice

19/10/2021

Speak on the Spot, le SOS pour booster l’anglais des commerçants

Voici 2 mois, 5 porteurs de projets intégraient Incub’Activ, l’incubateur d’idées porté par l’agglomération vannetaise et Vipe. A mi-parcours, retrouvons Catherine, jeune retraitée très très active qui a décidé de mettre ses talents d’enseignante en langues étrangères au service des commerçants vannetais.

Incubactiv C.soulier

Catherine, quel est ton parcours ?

Catherine : J’ai travaillé pendant 27 ans en tant que professeure d’anglais, essentiellement en lycée et dans le cadre de formations post bac. Avant cela, j’ai été interprète du côté d’Angers dans le Maine et Loire. J’intervenais lors de conférences et de rendez-vous d’affaires. Par la suite, ma vie de famille m’a naturellement conduite vers l’enseignement, et c’est dans le Morbihan que j’ai débuté ma carrière de prof. J’ai notamment enseigné au Lycée ND Le Ménimur où j’ai eu la chance de lancer les filières européennes commerce et santé, avec notamment l’organisation de stages à l’étranger.  Mère de 4 enfants, j’ai pu bénéficier d’une retraite anticipée. J’en ai été très heureuse, car tout aussi passionnée que j’étais par mon métier, il était temps pour moi de quitter le « giron » de l’Education Nationale. Aujourd’hui, je suis libre de lancer et mener mon projet comme je l’entends.

Ce souffle entrepreneurial, il se manifeste sous quelle forme ?

Catherine : En tant que vannetaise coutumière des Halles et des commerces alentours, je me suis aperçu qu’un grand nombre de commerçants du centre-ville n’était pas en mesure de répondre à la demande anglophone de passage durant la saison estivale.

Balbutiement, cafouillage… Si certains se lancent, beaucoup n’osent pas aborder un client étranger et passent à côté d’opportunités de vente. Pour endiguer le problème, je me suis dit qu’il fallait le traiter sur place, au plus près des commerçants, dans leur environnement de vente, en proposant des packs de formations adaptés et sur mesure, « cousus main ». Ce ne seront pas à proprement des cours, mais des séances de 20 à 30 min max dispensées sur le lieu de vente, sous forme de sketch. Rien de descendant, du pragmatique et du ludique, avec des mises en scène des plus basiques aux plus complexes selon les besoins du commerçant. J’ai d’ores et déjà reçue un bel accueil des commerces de bouche. Je suis en pleine expérimentation auprès des commerces non alimentaires : mode, textile, souvenirs, cadeaux…

Que penses-tu que ton projet apporte pour le territoire ?

Catherine : En interrogeant les commerçants du centre-ville vannetais (en direct ou via un questionnaire), j’ai pu constater la frustration vécue par la plupart d’entre eux pour communiquer avec la clientèle étrangère. La finalité n’est évidemment pas de les rendre bilingues mais de leur permettre d’être à l’aise dans leur environnement de travail. Notre région connaît un attrait touristique très fort. Il est primordial que la qualité de l’accueil soit lui aussi à la hauteur, notamment dans les commerces de proximité d’une ville comme Vannes. J’ai d’ores et déjà le soutien de Cœur de Vannes, la fédération des commerçants vannetais qui a bien compris l’enjeu en termes d’image et de rayonnement pour le territoire.

Bon timing pour Incub’Activ !

Catherine : Clairement ! Je ne suis pas certaine que je me serai lancée dans le projet sans Incub’Activ, en tout cas pas avec une telle envergure. Le programme me permet de repenser le concept, d’explorer certaines pistes que je n’avais même pas envisagées auparavant. J’ai encore beaucoup d’interrogations, notamment concernant mon modèle économique, mes sources de revenus… Et puis je dois l’avouer j’ai aussi d’énormes lacunes en informatique ! Mais j’ai trouvé la parade grâce des échanges de bons procédés : un cours d’anglais contre une formation sur le web !

Catherine Soulier – Projet Speak on the spot