Écrivez-nous

Contact

Portrait d'innovateur.trice

03/12/2021

Numériser le monde vétérinaire : un projet qui a du chien

Après un début de carrière à l’international, Nolwen, serial marketeuse avertie, revient aux sources, en Bretagne, près de sa presqu’île familiale, avec dans le viseur un projet digital dédié au secteur vétérinaire.

Rbt

Que retiens-tu de ton expérience professionnelle à l’étranger ?

Cela correspond à une période de ma vie très enrichissante. J’ai toujours souhaité partir à l’étranger. J’ai d’ailleurs opté pour une école de commerce qui proposait à ses étudiants de longs séjours à l’international. C’est à cette époque que je suis partie à Londres où j’ai pu terminer mon master en marketing… Et j’ai fini par m’installer là-bas. J’y ai démarré ma vie pro, au sein de l’équipe marketing de National Geographic, puis dans une agence de communication londonienne. Durant 15 ans, j’ai ainsi pu explorer des secteurs d’activités très variés…

Et puis un matin, j’ai senti ce petit mal du pays qui ne m’a plus quittée et m’a finalement encouragée à revenir en France, avec un projet qui commençait déjà à me trotter dans la tête…  

Peux-tu nous en dire plus justement sur cette idée d’outils digitaux pour la filière vétérinaire ?

L’objectif de ce projet est de proposer des outils numériques aux professionnels du secteur vétérinaire. Ce type de solutions digitales émerge progressivement dans de les différents domaines de la santé, mais me semble encore peu développé chez les vétos. J’en suis encore aux balbutiements de mon projet. Mais j’entrevois de réels besoins, notamment avec les nouveaux enjeux auxquels doit s’attaquer la profession. Les outils digitaux peuvent être une solution intéressante face aux problématiques de distance à couvrir pour un vétérinaire qui porte la double casquette ville et campagne. C’est aussi une solution qui vise à renforcer la relation client pour le professionnel.

Sur quels points précis l’incubateur Incub’Activ a pu nourrir ton projet jusqu’ici ?

Au départ, mon projet n’avait pas une ambition aussi large, j’étais plutôt axée sur un service centré autour de la phytothérapie. J’ai eu connaissance du programme Incub’Activ lors d’une rencontre avec Caroline (Cario) chez Vipe. En intégrant ce dispositif, j’ai pu balayer des points essentiels pour affiner mon projet : repenser ma stratégie, mon travail de marque, me constituer un réseau… Je trouve cela super de pouvoir travailler notre pitch avec des pros. C’est un moment idéal pour peser le pour et le contre : dois-je chercher à m’associer ou pas ? Pourquoi pas avec un véto pour donner une certaine crédibilité au projet… Et pourquoi pas, l’ouvrir à l’international ?

La boucle est presque bouclée, serait-on tenté de souffler à Nolwen… On vous donne des news de l’avancée de son projet très bientôt !

Nolwen Rivet